Les 6 questions sur l’attente du résultat de la Beta

Bien que nous ne puissions pas accélérer le temps, nous pouvons néanmoins résoudre les doutes qui surgissent pendant l’attente du résultat.

Test embarazoL’attente du résultat de la Beta est la dernière étape du Traitement de Reproduction Assistée. Il s’agit d’une période de 12 à 15 jours lors de laquelle l’anxiété, les doutes et l’incertitude accompagnent à la future maman jusqu’au jour du résultat du dosage de la Beta-hCG.

L’implantation de l’embryon est un processus délicat qui échappe à notre contrôle. Pour cela, et bien que nous ne puissions pas réduire le temps d’attente, nous pouvons vous donner des informations médicales de qualité pour tenter de résoudre tous vos doutes et de réduire votre niveau de stress afin que vous puissiez attendre dans le calme, en comprenant ce qu’il se passe à tout moment.

Nous avons regroupé les 6 questions les plus fréquemment posées par nos patientes en consultation pendant l’attente du résultat.

Lorsque j’insère les ovules par voie vaginale, j’ai l’impression que le médicament n’est pas bien absorbé.

Pour une absorption correcte, l’ovule doit rester dans le vagin pendant 20 minutes, de cette façon il se dissout et est absorbé correctement. Si quelques résidus subsistent, il s’agit souvent de la capsule de l’ovule qui contient le médicament ou de l’huile utilisée comme moyen de dissolution de certains médicaments qui ne se dissolvent pas dans l’eau. Notre recommandation est d’insérer les ovules le soir avant le coucher, ou s’il est nécessaire de les prendre dans la journée, utiliser des protège-slips afin d’éviter la sensation des pertes.

Comment utiliser les ovules de Progestérone, par voie orale ou voie vaginale ?

Les deux voies d’administration sont valables. Le plus courant est la voie vaginale, puisque de cette façon nous évitons le passage des médicaments par le foie et l’action de l’ovule est plus efficace, car l’absorption est plus importante. Lire la suite ›

Publié dans Fertilité/ Infertilité, Grossesse, PMA

La mélatonine et la qualité spermatique

Des études récentes montrent le bénéfice de la mélatonine sur les organes de reproduction lors de traitement de PMA

La mélatonine est un composant naturel, produit par une petite structure cérébrale, la glande pinéale ou épiphyse, située au milieu du crâne. Cette glande endocrinienne a l’unique et étrange propriété de servir de convertisseur biologique de l’information sur la lumière environnante et c’est un élément central du système de contrôle de nos rythmes biologiques.

Dès l’âge de 3 mois, la mélatonine est présente dans la circulation, augmentant durant les moments de la journée ou il y a le moins de lumière pour devenir une véritable « hormone de l’obscurité ». Son augmentation chaque nuit « ouvre les portes du sommeil » et, au cours de la vie elle diminue. Cette diminution peut être la cause d’insomnies ou de risques de cancer.

Ainsi la mélatonine a la faculté de de coordonner et de réguler les rythmes biologiques du corps, un effet antioxydant puissant et une fonction d’excellent protecteur naturel des cellules.

Les organismes aérobies, c’est-à-dire ceux qui n’utilisent pas d’oxygène dans leur métabolisme, sont continuellement exposées au stress oxydatif (EO) qui se produit lorsque la génération de radicaux libres dépasse la capacité d’éliminations d’antioxydants naturels, pouvant affecter l’intégrité de son ADN.

Les radicaux libres produisent au cours du métabolisme cellulaire normal et dans certaines situations comme l’exposition à des radiations ionisantes, à des rayons ultraviolets, pollution, tabagisme, etc

Melatonina_nuecesLe sperme contient des antioxydants qui protègent les cellules germinales du danger oxydatif de l’environnement. Cependant, les antioxydants sont éliminés par les techniques de PMA (TRA) rendant les spermatozoïdes vulnérables au danger oxydatif.

Des études récentes montrent l’action bénéfique de la mélatonine sur les organes de reproduction. Elle offre une protection aux spermatozoïdes face au danger d’oxydation en préservant leur viabilité, la quantité et augmente la qualité embryonnaire quand on utilise les techniques de reproduction assistée (TRA). Lire la suite ›

Publié dans Fertilité/ Infertilité, PMA

Quelles analyses sont demandées pour une étude Basique de Stérilité ?

Ces analyses ont pour objectif de diagnostiquer les problèmes les plus communs de stérilité.

Dans une Étude Basique de Stérilité, il est nécessaire de savoir s’il existe une ovulation, s’il y a une perméabilité tubaire et s’il y a un nombre-mobilité de spermatozoïdes adéquat. De plus, il faut ajouter l’évaluation de la réserve ovarienne pour les patientes de plus de 35 ans ou pour les femmes plus jeunes, s’il y a suspicion d’une faible réponse ovarienne.

Pour les femmes avec des cycles irréguliers, il faudra investiguer les taux de gonadotrophines basales (FSH et LH), prolactine et progestérone dans la deuxième phase du cycle (jour 20-22 du cycle).

Les patientes stériles n’ont pas plus de pathologies thyroïdiennes que la population générale, c’est pour quoi il est réalisé les études de la fonction thyroïdienne seulement quand il y a suspicion de malade thyroïdienne, altérations menstruelles ou pour les femmes qui n’ovulent pas.

Pour évaluer l’ovulation, une détermination de la progestérone doit être faite au jour 20-22 du cycle, ou sur les jours suivants, pour les femmes avec des cycles plus longs.

ICSI GINEMED

Sur l’étude de la perméabilité tubaire, l’hystérosalpingographie continue d’être la meilleure méthode, car elle permet avec ce même acte, d’évaluer la cavité utérine. Cela consiste à l’administration d’un contraste radio-opaque (ne laissant pas passer les rayons X) à travers le col de l’utérus, qui passe dans celui-ci et dans les trompes. Dans le même temps sont réalisées des radiographies pour visualiser le passage du contraste. L’analyse n’étant pas très agréable, il n’est pas nécessaire de la réaliser dans les cas de facteur masculin sévère, s’il n’y a pas de suspicion avec une simple de pathologie des trompes. Détectée au préalable par échographie vaginale. Lire la suite ›

Publié dans Fertilité/ Infertilité, PMA

Comment surmonter l’anxiété pendant le traitement de fertilité ?

Un jour, vous vous êtes sentis prêts à avoir un bébé mais les mois voire les années ont passées, les consultations, les déceptions et maintenant vous êtes en pleine montagne russe d’émotions qu’est le traitement de fertilité.

Toutes les personnes qui passent par ce processus, ont probablement un bagage déjà très lourd sur les épaules; remplit de beaucoup d’incertitudes et d’échecs, faisant de l’anxiété une émotion bien présente au jour le jour.

Cet état émotionnel n’a pas de solution miraculeuse, il ne suffit pas d’un claquement de doigt pour se sentir mieux, mais il est possible de comprendre son fonctionnement, son origine et les mesures à suivre pour en diminuer les effets.

D’où vient l’anxiété ?

Bien qu’aujourd’hui nous sommes ici pour en finir avec l’anxiété, il faut savoir qu’il s’agit d’un système de survie très utile que les êtres humains ont développé depuis leurs origines. Cette époque à laquelle on vivait au milieu de la nature, en luttant pour chasser, pour s’alimenter et ne pas être chassés par les autres animaux.

C’est un système qui provoque trois réponses possibles face à une situation de danger : la lutte, la fuite ou la paralysie.

Sonrisa-e1493016888493-300x200Qu’est-ce que l’anxiété ?

Des milliers d’années ont passés et les dangers physiques ont été substitués par d’autres dangers plus psychologiques. L’anxiété est le résultat d’une situation de stress prolongée dans laquelle ce mécanisme, qui est pensé pour nous injecter de l’énergie dans des situations ponctuelles, s’établi comme un système de fonctionnement habituel. Lire la suite ›

Publié dans Fertilité/ Infertilité, PMA

Quand et pourquoi faire une biopsie de l’endomètre?

Dans le domaine de la reproduction assistée, nous sommes constamment à la recherche de techniques pouvant augmenter les probabilités de succès de nos traitements. Aujourd’hui nous allons parler de l’utilité de la biopsie endométriale.

Qu’est-ce que l’endomètre ?
En des termes simples, l’endomètre est la partie active de l’utérus qui recouvre ses parois internes. Celui-ci, sous l’effet de stimuli hormonaux (venant des ovaires ou des médicaments) se développe et se prépare pour recevoir l’embryon et c’est à cet endroit que toute la grossesse se déroule.

En quoi consiste la biopsie de l’endomètre ?

Il s’agit d’une procédure effectuée lors d’une consultation gynécologique, sans sédation ni anesthésie. Elle consiste à placer un speculum, visualiser le col de l’utérus et y introduire une canule très fine qui permet d’aspirer le tissus endométrial. Ce prélèvement permet d’obtenir un échantillon qui est envoyé au laboratoire pour tout un ensemble d’analyses.

Est-ce douloureux ?

La sensation est souvent décrite comme étant similaire à de légères douleurs menstruelles. Il est recommandé à la patiente de venir à la consultation avec la vessie pleine, pour que le col de l’utérus soit plus droit, ce qui permet une introduction plus facile de la canule. Lire la suite ›

Publié dans Fertilité/ Infertilité, PMA

Augmenter le taux de grossesse par transfert : La technique Time Lapse

Ce nouveau système de visualisation est fondamental dans la révision du développement embryonnaire.


Timelapse
Au moment d’évaluer le développement des embryons obtenus dans un traitement de reproduction assistée, nous les biologistes nous confrontons à un dilemme. Les visualiser au microscope – pour voir le nombre de cellules, la fragmentation et autres indicateurs morphologiques – nous permet de réaliser une classification qualitative, dont le but est de sélectionner les embryons avec le meilleur potentiel d’implantation pour le transfert.

Cependant, cette visualisation suppose qu’il faut soumettre les embryons à une interruption des conditions de culture contrôlées dans lesquelles ils se trouvent : un changement dans la température et l’humidité, et une exposition à des concentrations d’oxygène atmosphérique et radiation lumineuse ; facteurs qui peuvent avoir un effet négatif sur le développement des embryons.

C’est pour cela que la visualisation et l’évaluation des embryons doivent être réalisées de la manière la plus limitée possible. Par conséquent, l’information sur le développement embryonnaire dont nous disposons, sur laquelle il est nécessaire de se baser pour choisir le meilleur embryon pour le transfert, est très limitée. Lire la suite ›

Publié dans Fertilité/ Infertilité, PMA

Affronter l’infertilité : Retrouver le désir

Nous avons l’habitude d’entendre dire que l’infertilité est un événement stressant dans la vie.

Cela est logique si nous considérons que la majorité des cas, cela est vécu comme quelque chose d’inespéré. C’est-à-dire que les personnes pensent que ça ne va jamais marcher.

Mais les choses évoluent : avec la planification familiale, les progrès sur les moyens de contraception et nos projets de vie, nous avons décidé de retarder la conception.

Nous savons qu’il y a une différence essentielle entre reproduction et procréation : la décision choisie et responsable d’avoir un enfant.

De cette manière, nous savons que l’acte de procréer suppose plus que la simple union d’une ovule et d’un spermatozoïde et leur développement pour développer une grossesse. La procréation implique aussi le désir de construire une famille avec l’arrivée d’un nouvel être, qui sera notre enfant. Lire la suite ›

Publié dans Fertilité/ Infertilité, PMA

Les pesticides dans les aliments. Comment affectent-ils les paramètres du spermogramme?

« Les taux de pesticide que nous prenons dans les fruits et les légumes affectent la quantité de spermatozoïdes, le volume de l’éjaculat et le pourcentage de spermatozoïdes de morphologie normale chez les hommes qui se rendent dans une clinique de fertilité. »

Ce sont les conclusions d’une étude menée par Chiu et al, publiée dans la Revue Human Reproduction en 2015. Il s’agit de la première étude qui fait référence à la relation qui existe entre la présence de pesticides dans l’alimentation et la qualité du sperme ; bien qu’il existe d’autres études ont évalué la présence de pesticides dans l’environnement ou sur le lieu de travail (contamination occupationnelle). Lire la suite ›

Publié dans Fertilité/ Infertilité, PMA

Être parents avec le VIH, une réalité

Le SIDA, une des maladies les plus graves et les plus tragiques du 20 ème siècle. Causée par le virus VIH, il continue à se transmettre par les relations sexuelles, le sang et parfois il peut être transmis à son enfant par l’accouchement.

Grâce à la recherche et à l’amélioration des traitements qui sont de plus en plus personnalisés, le VIH est devenu une maladie chronique contrôlable. La qualité et l’espérance de vie des patients ont augmenté. Cela signifie que les patients essaient de mener une vie normale sans que la maladie soit un carcan au quotidien et font face au désir de devenir parents.  Lire la suite ›

Publié dans Fertilité/ Infertilité, Grossesse, PMA

Pourquoi effectuer une hystéroscopie dans un traitement de reproduction assistée ?

L’hystéroscopie est un instrument très utile pour diagnostiquer et traiter plusieurs maladies gynécologiques. Jusqu’à présent, nous nous trouvions devant une affirmation traditionnelle, cependant, depuis un certain temps, c’est au domaine de l’infertilité que bénéficie le plus cette technique.

Comme nous le savons, les fibromes sous muqueux ont un effet négatif sur l’implantation. D’autres pathologies tels que les polypes, les adhérences (Sd. Asherman) les utérus septums peuvent également poser problème lors du processus de grossesse. Lire la suite ›

Publié dans Fertilité/ Infertilité, PMA