Être parents avec le VIH, une réalité

Le SIDA, une des maladies les plus graves et les plus tragiques du 20 ème siècle. Causée par le virus VIH, il continue à se transmettre par les relations sexuelles, le sang et parfois il peut être transmis à son enfant par l’accouchement.

Grâce à la recherche et à l’amélioration des traitements qui sont de plus en plus personnalisés, le VIH est devenu une maladie chronique contrôlable. La qualité et l’espérance de vie des patients ont augmenté. Cela signifie que les patients essaient de mener une vie normale sans que la maladie soit un carcan au quotidien et font face au désir de devenir parents. 

vihLes couples sérodiscordants chez lesquels un des partenaires est séropositif pour le virus du SIDA (VIH) et l’autre non, doivent avoir des relations sexuelles protégées (avec un préservatif) pour éviter de transmettre la maladie à leur partenaire. Cela compromet leur désir d’être parents.

Ainsi, lorsqu’ils souhaitent avoir des enfants, comme la sexualité par voie naturelle serait impossible sans prendre de risques, ils doivent se rendre dans un centre de reproduction assistée.

Si le séropositif est l’homme, il est possible de déterminer qualitativement et quantitativement la présence du virus dans un échantillon de sperme grâce à l’utilisation de techniques moléculaires qui permettent de dire si le virus est présent ou non et s’il existe des possibilités de contagion pour le partenaire et pour les enfants.

Avant de déterminer la charge virale, l’échantillon est soumis à un « double lavage » qui élimine la présence du virus. Ensuite l’échantillon est partagé en deux, une partie sert pour l’analyse moléculaire du virus et l’autre est cryopréservée pour être utilisée par la suite pour que la femme tombe enceinte.

Lorsque c’est la femme qui est porteuse de la maladie, on peut réaliser une insémination artificielle ou un cycle de fécondation in vitro avec le sperme du partenaire. Une fois enceinte, elle devra prendre un antirétroviral, l’accouchement devra se faire par césarienne et il n’est pas recommandé d’allaiter. Tout cela réduit de 2% la possibilité de contagion du bébé.

Grâce aux progrès scientifiques.il est donc désormais possible d’avoir des enfants en bonne santé malgré le virus du VIH,

Publié dans Fertilité/ Infertilité, Grossesse, PMA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*