L’importance de l’épaisseur de l’endomètre.

L’endomètre, tissu qui recouvre l’intérieur de l’utérus, représente le « lit » ou « berceau » qui accueillera les embryons pendant le processus d’implantation.

Durant ce processus, et dans un premier moment l’embryon trouve « sa place » au sein de la cavité endométriale. Ce processus est connu comme l’apposition. Plus tard, il entre en contact avec l’endomètre dans le processus d’adhésion, et à la fin, se produit l’invasion du trophoblaste embryonnaire.

Par conséquent, nous savons qu’il est de vitale importance que ce « lit » se trouve bien préparé afin de rendre possible la grossesse. Pour ceci, des hormones sexuelles (l’œstradiol et la progestérone) agissent dans la préparation de l’endomètre pour que celui-ci se trouve dans sa période maximale de réceptivité.
Pour cette raison, dans les cycles de traitements de reproduction, nous avons donné une grande importance à l’aspect endométrial. Nous cherchons une préparation adéquate en utilisant des hormones exogènes (des œstrogènes et de la progestérone) ou en utilisant le propre cycle ovulatoire de la femme pour obtenir un endomètre optimal afin de réaliser le transfert embryonnaire. 

Implantacionembrionaria2Traditionnellement, nous avons considéré comme optimal l’endomètre avec un aspect échographique en « triple feuillet » et avec une épaisseur d’entre 7 et 14 mm. Par contre, il existe des cas où il est très difficile d’obtenir cet objectif, dans des pathologies comme les synéchies utérines (celles-ci sont comme des adhérences à l’intérieur de l’utérus), des chirurgies utérines précédentes, l’endométriose ou des déficits hormonaux qui se manifestent par une incapacité à dépasser une épaisseur d´endomètre de 7 mm. Dans ce cas, nous devons souvent annuler la programmation du transfert.

La bonne nouvelle, c’est qu’une étude récente a démontré que le taux de grossesse était équivalent pour un endomètre jusqu’à 5 mm d’épaisseur. Cela laisse supposer un changement important dans les pratiques cliniques habituelles ainsi que dans l’annulation de traitements de procréation médicalement assistée.

Ainsi l’épaisseur de l’endomètre, qui préoccupe tant nos patientes souffrant d’endométriose ou de pathologies utérines, pourrait ne pas être si importante que ce que nous pensions jusqu’à présent, si nous considérons les excellents pourcentages de grossesse avec un endomètre en-dessous des 5 mm.

Dr. Elena Traverso.
Spécialiste en endométriose

Publié dans Fertilité/ Infertilité, PMA
Un commentaire pour “L’importance de l’épaisseur de l’endomètre.
  1. Sophie Min dit :

    Bonjour,
    J’aimerais avoir les références de l’étude que vous parlez.

    Je vous remercie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*